Historique des Trompes de Bonne

Nous sommes en 1936, le petit village de Bonne dont les coteaux ensoleillés font face au majestueux massif du Mont-Blanc, vient de se réveiller au rythme des différentes activités rurales qui animent le petit Bourg…

Il y a encore dans le village de nombreuses fermes, de nombreux petits artisans dont l'incontournable quincaillerie Berthet qui emploie à elle toute seule la plupart des membres qui composent la clique du village.

La rencontre providentielle entre Gérard Berthet, Président fondateur et un certain Monsieur Raymond Lançon, représentant en articles de quincaillerie et de surcroît vice-Président de la Fédération des Trompes de France, va révolutionner à tout jamais le destin de nos musiciens. Il ne fallut en effet guère de temps aux deux hommes pour partager ensemble leur passion commune pour la musique et sans aucun regret, les vieux clairons furent rapidement remplacés un beau matin par 12 trompes de chasse flambant neuves de marque Périnet.

1936, le groupe des Trompes de Chasse de Bonne venait de voir le jour, une fabuleuse aventure humaine, menée d'une main passionnée par son emblématique Président Gérard Berthet, pouvait donc enfin débuter.

L'apprentissage de ce délicat instrument, peu connu en nos terres de montagne, fut à l'image de nos illustres aînés, dicté par un esprit de camaraderie indestructible et ponctué par de savoureuses péripéties à jamais immortalisées en nos mémoires. La moindre prestation se transformait régulièrement en une véritable épopée et pouvait, par amour du travail bien fait, se prolonger inlassablement sur plusieurs jours.

Déplacement en Alsace en 1947

Quelques décennies se sont donc ainsi succédées au rythme des rires et de la bonne humeur dans une ambiance très champêtre. Les accords litigieux agrémentés d'une diction musicale unique en son genre, n'entamaient en rien la foi de nos redoutables sonneurs, bien au contraire, arborant la tête haute une redingote rouge à parements noirs, et de somptueuses guêtres de cuir cirées à la graisse d'oie, ils étaient fiers et beaux.

Château de Ripaille en 1966

Dans les années 1970, les plus jeunes participent néanmoins à leur premier stage de trompes patronné par la FITF à St Hubert et découvrent avec grand étonnement toutes les subtilités de l'instrument qui s'avère beaucoup plus complexe que prévu. Dès leur retour, il fallut ainsi expliquer avec tact et diplomatie que sonner de la trompe nécessitait le respect de certaines règles de diction et de rythme. C'est la découverte stupéfiante du tayaut qui n'avait pas encore conquit nos montagnes, la mise en évidence du vibrato inconnu en nos terres reculées et les débuts prometteurs d'un futur bassiste, le jeune François Favre.

Une page était bel et bien en train de se tourner et nos glorieux aînés, quelque peu dépassés par les événements, se retirèrent sagement pour une retraite amplement méritée. C'est ainsi en 1972 que François Favre reprend la direction du groupe orientant résolument la formation vers l'avenir et le renouveau musical.

Les répétitions deviennent désormais beaucoup plus rigoureuses et seront supervisées plusieurs fois par année par quelques grands champions internationaux tel Pierre-Marc Malhet.

De nouvelles tenues de vénerie couleur lie de vin voient parallèlement le jour. Le groupe participe à ses premiers concours de sociétés emmené par son dynamique et infatigable meneur Roland Burgniard.

Les premiers résultats en 1978 à Chambord sont encourageants et dès 1982 à Vichy, premier podium avec une belle 3ème place, idem à Toulouse en 1983 et la consécration suprême arrive en1985 à Nantes où les trompes de chasse de Bonne obtiennent leur premier titre de champion international de sociétés.

Concours de Nantes en 1985

La formation se renforce à nouveau dans les années 1990 avec l'arrivée de jeunes sonneurs locaux qui apportent une nouvelle dynamique et qui imposent tout naturellement une recomposition du groupe. Nouveau radouci, nouvelle basse, nouveaux chants fortés, tous les pupitres sont étoffés par de jeunes et talentueux passionnés.

Concours de Sully en 1996

Les sonneurs Bonnois composent désormais eux-mêmes un grand nombre de morceaux et de fantaisies, ils obtiendront en 10 ans trois nouveaux titres à Sully sur Loire en 1998, 2000 et 2004 pour la plus grande fierté d'une équipe soudée et travailleuse. Ces 4 titres de champion confèrent aux Trompes de Bonne le statut tant convoité de « hors-concours » et placent le groupe parmi les plus grands aux côtés des prestigieux Débuché de Paris et Trompes des Vosges.

De tels résultats ne sont possibles que par l'apport des 1ères catégories du groupe que sont :Roland Burgniard Denis Raffaelli, Jacques Paccard et Stan Getz appuyés par les piliers du groupe Daniel Baudin, Rémi Bouchet, Bernard Bocquet, Gilles Cornier François Mariettaz, Jean Pessey et Bruno Stampfli. Nous n'oublions pas Yannick Pareau arrivé en 1991 dans le groupe pour remplacer Denis Raffaelli champion de radoux en 1982 et 1987 et qui obtiendra lui aussi deux titres de champion grâce à son timbre chaleureux en 1998 et 2004. Formé à l'école de l'emblématique Président François Favre, Fred Comte prend la direction musicale du groupe en 1995 et obtient le titre de champion de basse en 2000 et trois titres en basse de groupe avec François en 1998, 2004 et 2009 avec le concours d'Ulrich Bosson.

Fred Comte - Championnat de Basse 2000 à Romorantin

Hors des concours, la vie du groupe est rythmée par de nombreux concerts à travers la France, la Belgique, La Suisse,…

Concert à Chambord en 2001

Ce fabuleux palmarès se traduit par plusieurs enregistrements, non seulement à la trompe mais également en chant, accompagnés par les sonneurs à la guitare, accordéon, cornemuse,…

Concert en Belgique
Les Trompes de Bonne chantent sous la houlette de Jaques Paccard

Après plus de 15 ans d'arrêt pour des raisons professionnelles, Xavier Diacquenod intègre le groupe au milieu des années 1990 pour connaître une progression qui le mènera par deux fois au titre de vice-champion de France en 2008 et 2011.

Xavier Diacquenod – Vice-Champion de France en 2008 et 2011

Les années 2000 voient arriver plusieurs nouveaux sonneurs, Ulrich Bosson, Laurence Albertin, Sylvain Merrienne, Yoan Selin, Hervé Gelpe, Nathan Zaponne précédés par Vincent Monnet, le talentueux meneur du groupe auteur d'un concours quasi-parfait en 2008 ou il obtient le titre de champion de seconde, duo et trio.

Xavier, Vincent et Fred champion de trio en 2008 et 2009 - Xavier et Vincent, champion de duo en 2008

Cerise sur le gâteau, nos élèves de l'école de trompe formés par Ulrich Bosson, François Favre, Xavier Diacquenod, Denis Raffaelli et Bernard Bocquet sont impatients de nous démontrer qu'ils sont prêts à reprendre le flambeau et à poursuivre inlassablement le beau chemin tracé il y a plus de 70 ans maintenant par nos illustres aînés.

L'école de Trompes lors de la fête nationale à Bonne en 2012

Les années passent, les générations de sonneurs se succèdent mais le son de la trompe, imperturbable, se perpétue inlassablement aux pieds de nos montagnes et ceci pour notre plus grand bonheur.